Sospel

Télécharger le dépliant de visite et partez à la découverte de la richesse historique et patrimoniale de Sospel.

"Collections sur mesure", moteur de recherche du Ministère de la Culture permet de limiter vos recherches à un territoire à partir d'une cinquantaine de bases de données documentaires.

[Histoire]

Le bourg de Sospel est attesté dès le XIe siècle où il est cité dans un cartulaire de l’abbaye de Lérins. Sospel est alors sous la domination des comtes de Vintimille, avant de passer au XIIIe siècle possession des comtes de Provence. En 1388, la dédition (soumission volontaire d’un peuple à un souverain) de Nice à la maison de Savoie, entraine le rattachement de Sospel aux comtes de Savoie, bientôt ducs.
En 1385, Sospel devient siège d’évêché – son église est élevée au rang de cathédrale – les habitants de la cité ayant pris partie pour le pape Clément VII resté en Avignon lors du Grand Schisme. A cette époque les foires et marchés, ainsi que le passage de la route muletière du sel de Nice au Piémont enrichissent la cité. Sospel est à son apogée aux XVIIe et XVIIIe siècles, de nombreuses constructions et reconstructions baroques d’édifices religieux interviennent alors.
En 1860 la cité est rattachée à la France.
Sospel, située sur la ligne Maginot du secteur fortifié des Alpes-Maritimes, souffre des bombardements, notamment en octobre 1944. L’économie locale, longtemps basée sur l’agriculture et l’élevage, déclinent après la Seconde Guerre mondiale, pour laisser place au développement des loisirs et du tourisme.


[Patrimoine et architecture]

La place Saint-Michel est un bel ensemble encadré par la façade de l’église baroque et les maisons gothiques sur arcades. L’église Saint-Michel, dite aussi « cathédrale », a une origine romane, dont seul le clocher orné de bandes lombardes du début du XIIIe siècle subsiste. Elle fut rebâtie au XVIIIe siècle dans le style baroque. Sa façade monumentale est rythmée par les lignes horizontales des corniches et verticales des pilastres à ressauts surmontés de chapiteaux. Restaurée au XIXe siècle à la suite d'un tremblement de terre, l'église en forme de croix latine avec un transept peu saillant ressemble à l'église Sainte-Réparate de Nice. L'intérieur de l'édifice présente une grande richesse par ses autels, fresques, dorures et retables. La coupole surbaissée de la croisée du transept est ornée de fresques en trompe l'œil montrant l'Assomption de Marie grâce à un jeu de perspective da sotto in su caractéristique de l’époque baroque. La chapelle au sud du chœur conserve le retable de la Vierge immaculé (1520) attribué à François Bréa.
La place, qui s’ouvre devant la cathédrale Saint-Michel, en forme d'entonnoir irrégulier est pavée en " calade ", galets noirs et blancs installés sur le champ.
Le Pont-Vieux qui traverse la Bévéra, dont la tour a été reconstruite au lendemain de la 2e Guerre Mondiale, est le trait d'union des deux rives depuis le XIe siècle. Ce lieu faisait l'objet d'un péage sur la route du sel. Le pont permet d'accéder à la place Saint-Nicolas qui conserve d’anciennes maisons sur arcades. Par la rue de la République, ancienne voie de passage de la route muletière, on accède à la chapelle Sainte-Croix des pénitents blancs. Ces confréries ont commencé à s'établir à Sospel dès le XIIIe siècle. Leur rôle était social et ils apportaient leur aide lors d'épidémies ou d'enterrements.

ImprimerE-mail

Apertura de cuenta bet365.es